Cinéma italien

CINEMA ITALIANO

Rendez-vous pour une soirée sous l’enseigne de la Dolce Vita.

L’atelier ‘cinéma italien’ a été créé dans le but de pratiquer l’écoute de l’italien à travers les films.

Le langage du cinéma est un langage direct, quotidien et brut. Souvent, dans les films, les personnages ont des accents régionaux marqués, ce qui rend cet atelier très adapté pour un public de niveau faux débutant ou plus.

La projection, comme toutes les activités de Scud’it, est 100% en italien et sous-titrée en italien.

Cinéma italien espace keller

La séance commence

 

Le cinéma italien : la beauté et l’engagement

Le cinéma italien, depuis ses années d’or avec Fellini, connait toujours un grand succès de public grâce à des réalisateurs tels que Giuseppe Tornatore (Nuovo Cinema Paradiso), Roberto Benigni (La vita è bella), Matteo Garrone (Gomorra) et, plus récemment, avec Paolo Sorrentino, qui décroche en 2014 un oscar comme meilleur film étranger avec ‘La grande bellezza‘, un hommage et en même temps une dénonciation de la décadence de l’élite intellectuelle de Rome.

Les soirées ‘cinéma italien’ durent en moyenne 3 heures et elles se déroulent comme suit:

– cocktail de bienvenue

– introduction au film par Sonia Arlacchi : un quart d’heure pour présenter l’œuvre, le réalisateur et l’ambiance du film

– séance avec projection du film en italien (sous-titré en italien)

– débat : une petite demi-heure pour discuter et apporter des réponses (expressions, traductions, accents), l’occasion pour poursuivre les échanges autour du film et du cinéma italien en général.

Les séances de cinéma italien ont lieu à l’Espace Keller et la soirée est limitée à 16 personnes (réservation obligatoire).

Cycle 2015-16 des ateliers de cinéma italien :

Le cinéma italien se met en scène

Quatre réalisateurs racontent l’Italie telle qu’ils la voient en choisissant le théâtre comme moyen de communication.

Scud’it Paris est heureuse de vous inviter aux soirées-débats dédiées au cinéma italien et animées par Sonia Arlacchi.

 

Samedi 28 novembre à 16h00

Cesare deve morire de Paolo et Vittorio Taviani

Le Jules César de Shakespeare reprend vie sur les planches de Rebibbia, la prison de la ville de Rome. Les rères Taviani ont passé plusieurs mois dans cette prison de haute sécurité en retravaillant la tragédie shakespearienne. Un film intense et passionnel, d’une grande rigueur et d’une élégance formelle qui révèle combien le Jules César de Shakespeare reste d’actualité en attribuant un rôle aux détenus de Rebibbia.

 

 

 

Samedi 30 janvier à 16h30

La passione de Carlo Mazzacurati

Silvio Orlando joue le role d’un réalisateur d’une cinquantaine d’année qui ne parvient pas à faire de film et se retrouve obligé de diriger dans un petit village la représentation du Vendredi Saint.

Sur le ton de la comédie, Carlo Mazzacurati nous raconte les éternels problèmes de l’Italie d’aujourd’hui. D’un coté on retrouve les puissants fanfarons arrogants et de l’autre les petites gens qui peinent à se réaliser.

 

 

Samedi 12 mars à 16h30

La pecora nera de Ascanio Celestini

Nicola est un garçon difficile, une brebis galeuse avec beaucoup de problèmes, à l’école et dans la vie. Très vite, il se retrouve enfermé dans un asile. Dans sa solitude il se crée un ami imaginaire.

Le film raconte l’histoire d’une Italie restée immobile dans le temps, prisonnière du mythe des «fabuleuses années 60». La Pecora nera, qui est à l’origine un roman duquel fut tiré une pièce de théâtre, est la première fiction cinématographique réalisé par l’acteur de théâtre Ascanio Celestini

 

Samedi 9 avril à 16h30

La Tosca de Luigi Magni 

14 juin 1800, le patriote Angelotti s‘évade de la prison du château Saint-Ange et se réfugie chez son compagnon Cavaradossi et sa femme Floria Tosca. Les gendarmes papaux les arrêtent tous les trois.

Luigi Magni réinterprète sous un ton ironique et avec un style d’opéra-bouffe en dialecte romain le célèbre mélodrame de Puccini, sans oublier les références à l’Italie des années 70.

Chaque soirée se déroule exclusivement en italien : film en version originale sous-titrée en italien suivi d’un débat sur le film animé par Sonia Arlacchi. Une boisson est offerte. La participation est de 15 € par soirée, 50 € pour les 4 soirées. Le nombre de place est limité.

Pour s’inscrire à une ou plusieurs soirées : écrire à info@scuditparis.net